BangBang : bangbangblog.com

Citadine multicolore

Billy Talent au Métropolis pour les 10 ans de leur premier album: une belle leçon de punk-rock

Laurence Lebel
19 octobre 2013

C’était soir de fête hier au Métropolis alors que le groupe de punk-rock Billy Talent s’arrêtait dans la petite salle du Métropolis pour festoyer et souligner les 10 ans de leur premier album. Pour choyer leurs fans des premières heures, le groupe a donc décidé d’offrir l’intégralité de leur album Billy Talent I dans une tournée de petites salles à travers le Canada. C’est donc a un spectacle unique que les gens amassés dans un Métropolis ont eu droit.

Difficile de croire que le groupe roule sa bosse depuis déjà 20 longues années. Le chanteur Ben Kowalewicz a tenu maintes fois à remercier son public montréalais présent depuis le tout début. Pour lui, cette soirée du 18 octobre 2013 marquait un retour au Métropolis alors que la première fois que le groupe y avait mis les pieds était pour assurer la première partie de Reel Big Fish. C’est que le groupe en a parcours des milles depuis ce temps et hier on pouvait apprécier et surtout contempler cette maturité durement gagnée au cours des années.

Crédit photo: Enrique Sanchez

Le spectacle a donc démarré sur les chapeaux de roues avec «This Is How It Goes», première chanson de l’album Billy Talent I. Le groupe a conservé le même ordre des chansons que sur l’album afin de faire vivre pleinement l’expérience aux fans réunis hier. C’est donc dans un 45 minutes bien tassées qu’on a pu entendre «River Below», «The Ex», «Voices of Violence», «Cut the Curtain» et la ballade rock «Nothing to Lose».

Crédit photo: Enrique Sanchez

La deuxième partie du spectacle nous a permis d’apprécier à sa juste valeur l’évolution musicale du groupe. Si lors de leurs débuts, leur musique était plus brute et agressive, avec le temps, les mélodies et les harmonies se sont ajoutées à leurs compositions. Du temps de Billy Talent I, la voix Ben Kowalewicz était plus criarde et agressive. Au fil des ans, il a su comment la travailler afin de trouver le juste milieu, au grand bien de sa gorge et parfois de nos oreilles! Le groupe nous a offert un juste mélange des chansons de ses trois albums suivant Billy Talent I. Les fans ont pu se régaler de «Viking Death March», «Fallen Leaves», «Devil On My Shoulder» et bien entendu de l’hymne à l’adolescence «Red Flag» en guise de finale.

Il va sans dire que Billy Talent donne un show hyper énergique. Le groupe est généreux auprès de ses fans, le chanteur est charismatique et discute longuement avec la foule. Son propos n’est jamais déplacé, toujours réfléchi et respectueux. Il a d’ailleurs fait un petit clin d’oeil au hockey en parlant des Maples Leafs de Toronto. Bien entendu, la foule s’est rapidement mise à le huer en s’empressant par la suite de scander le «Go, Habs! Go!» habituel. Avec un brin d’humour, il a tout simplement ajouté qu’on se verrait durant les séries éliminatoires et que la meilleure équipe gagne. Un bon joueur ce Ben!

Anti-Flag

Pour assurer la première partie du spectacle, Billy Talent a fait affaire avec leurs bons amis d’Anti-Flag. Ce n’est pas la première fois que les deux groupes se partagent la scène lors d’une tournée et à chaque fois le résultat est toujours bon. Les deux groupes se complètent très bien et l’unité de leur son permet vraiment aux fans d’en avoir pour leur argent. Le groupe de Pittsburgh roule lui aussi sa bosse depuis près de 25 ans maintenant, mais à voir leur allure, ont dirait encore des petits jeunots tout droit sortis de l’école secondaire.

Crédit photo: Enrique Sanchez

Justin Sane (sûrement le meilleur nom d’artiste au monde!) et sa bande nous ont lancé en pleines figures quelques-uns de leurs plus récentes compositions, mais surtout des vieux succès datant de leur premier album Die for the Government paru 1997. On ne peut pas passer à côté de la prestation d’Anti-Flag sans souligner l’étrange aparté durant le spectacle alors que les membres du groupe ont accueilli sur scène deux manifestants Inous venus nous expliquer leur position face au gouvernement et aux vols de leurs terres. La cause est noble et la vitrine qui leur a été offerte est très généreuse de la part du groupe, mais le moment a peut-être été mal choisi. Le discours engagé a eu pour effet de casser l’atmosphère de la soirée qui était à ce moment à son paroxysme. La suite du spectacle a été plus difficile, le momentum ayant été gâché. Il aurait été nettement préférable que la cause soit partagée avant la dernière chanson d’Anti-Flag afin de terminer leur prestation sur leur plus gros succès: «Die for the Government».

Crédit photo: Enrique Sanchez

Hier soir au Métroplis, les quelques milliers de fans présents ont eu droit à toute qu’une leçon de punk-rock donnée par deux groupes de vieux routiers! Ce spectacle soulignait 10 ans de bon matériel qui a su bien vieillir et prendre de la valeur au cours des années. Le duo Anti-Flag/Billy Talent nous a aussi rappelé ce qu’était le vrai punk-rock et tout ça fait en sorte qu’on s’ennuie encore plus du Vans Warped Tour du temps de NOFX, Bad Religion et cie.

Comme aurait dit l’ado en moi il y a 10 ans: Punk’s not dead!

Pas encore de commentaire.

Citadine multicolore

Laurence Lebel

Un vent de fraicheur dans ta moustache.

À propos

Liens